Cherchez la femme… Les grands médias canadiens en marche vers la parité des sexes

Pour diffusion immédiate : mardi 1er mars 2016

 

IO_infographic_french_25Feb2016Ottawa, ONUne nouvelle étude dévoile que non seulement les femmes sont sous-représentées comme sujets et comme sources dans les médias canadiens, mais aussi que la situation ne s’est pas beaucoup améliorée en plus de 20 ans. Cette recherche montre que les hommes constituent désormais 71 % de toutes les personnes citées ou interviewées dans la presse ou à l’antenne.

 

L’étude indépendante s’est penchée sur 1 467 articles et segments radio- et télédiffusés provenant de sept journaux et autres médias d’information canadiens au cours de trois périodes de surveillance distinctes, entre octobre et décembre 2015. Les résultats révèlent que les opinions féminines ne représentent que 29 % de toutes celles qui sont exprimées à l’antenne ou dans la presse. Quand on retire de l’échantillon les individus qui ne sont ni Canadiens ni ne se trouvent au Canada, la proportion des femmes s’élève légèrement, à 32 %.

 

L’étude fait suite à une analyse de contenu réalisée chaque année par Media Action (sous son ancien nom MediaWatch) entre 1990 et 1993. Au cours de cette période, le nombre de femmes citées ou interviewées dans les médias canadiens a augmenté légèrement, de 17 % à 22 %.

 

« C’est vraiment décevant de constater un si petit changement en plus de 20 ans », a déclaré Shari Graydon, fondatrice et catalyste d’Informed Opinions, l’organisation qui a commandé l’étude. « Les femmes constituent désormais plus de 60 % des diplômés universitaires, et elles réussissent dans de nombreux domaines qui étaient dans le passé dominés par les hommes. Pourtant, cette expertise n’apparaît pas encore clairement dans les médias canadiens. Dans la majorité des cas, ce sont toujours les hommes qui prennent la parole. »

 

L’étude a porté sur sept journaux ou programmes d’information canadiens à fort tirage ou à forte cote d’écoute, parmi lesquels les versions en ligne du Globe and Mail, du Toronto Star, du National Post, de CTV National News, et de The Current sur CBC. Côté francophone, se sont les versions en ligne de La Presse et de l’émission de Radio Canada, Tout le monde en parle, qui ont été scrutées. Selon les résultats de la recherche, les journaux et les chaînes publics parviennent mieux que les organes d’information privés à assurer un meilleur équilibre hommes-femmes parmi les sujets interrogés.

 

« Les données montrent que les femmes font pâle figure, même dans les professions universitaires et juridiques, dans lesquelles elles sont pourtant si bien représentées », explique Madame Graydon. « Non seulement on n’a pas accès à toute expérience dont elles pourraient nous faire profiter, mais en plus cela porte atteinte à la démocratie. »

 

Depuis 2010, Informed Opinions cherche à combler l’écart entre les hommes et les femmes dans le discours public, en motivant et en formant des expertes pour les aider à traiter avec les médias. Le lancement de FemmesExpertes.ca/ExpertWomen.ca, une nouvelle base de données détaillée en ligne qui facilitera l’accès à des expertes aura lieu en avril dans le cadre du projet.

 

Consulter le résumé en français

Consulter le rapport intégral en anglais, Gender Sources in Canadian media 

 

Pour obtenir une entrevue ou davantage de renseignements, veuillez communiquer avec :

Meredith Dault
chef de projet
meredith@informedopinions.org
613-331-5738

Lise Millette
bénévole, Informed Opinions
lmillette_8@hotmail.com
514-971-0425